Dans lequel on espère écrire de nouveaux contes de la pleine lune

Page précédente : Où l'on ose enfin chanter "au clair de la lune"

En 2005, le partenariat avec le Grenoble Jazz Festival se poursuit, permettant au groupe « MAM » de se produire au théâtre de La Mure. Le clown Pataruc, quant à lui, entraîne le public de La Morte, de Valbonnais et de Chantelouve dans son univers fantastique. Le désormais traditionnel carnaval a lieu à Entraigues et la première initiative de lecture chez l’habitant offre une occasion d’entendre des extraits de Maupassant à Valbonnais.

Le cinquième festival les Montagn’Arts accueille en résidence sous chapiteau, la compagnie «  Pile ou Versa » qui présente «  L’Homo Violonicus », «  Le Roi et le Chien » ainsi qu’une création pour la clôture : «  L’Incroyable Fanfare », délirante revue pleine de phénomènes farfelus. Le festival, à l’origine prévu sur un week-end, s’étend désormais du mardi au dimanche avec des animations patrimoniales autour des vignes des Fayettes, une lecture spectacle « Le vin Dieu » par le groupe «  De bouche à oreille » et l’ensemble vocal  At’Lyre, des rencontres de théâtre pour la jeunesse, une journée poésie sur le thème «  Auprès de nos arbres » et le concert du groupe féminin « Evasion » au théâtre de La Mure.

En juin, la première fête du livre pour la jeunesse anime les rues d’Entraigues et l’année se termine autour de la création du nouveau spectacle de Muriel et Vincent Billard sur un texte de Corinne Fleurot mis en scène par Philippe Garin, « Contre toute attente » : Lorette passe l’après-midi à la décharge municipale appelée « l’île ». Samuel pourrait croire qu’elle l’attend. Mais voilà, Lorette est contre toute attente : attente des prochaines vacances, attente des prochaines notes, attente du lendemain… Samuel est prêt à l’aider dans sa recherche. Il semble que tous les deux soient en fait en attente de quelque chose… C’est leur secret ! Le spectacle continue sa tournée en 2006 qui verra l’organisation d’un autre carnaval, d’un autre festival et l’éclosion de nouvelles animations. Mais nous ne sommes déjà plus dans le cadre de notre récit qui se termine en 2005 avec le dixième anniversaire du Théâtre de la Lune…

Lors de ce bref survol, nous avons tenté d’évoquer l’esprit d’une aventure culturelle et humaine tout en essayant d’en montrer la richesse. Mais l’exercice tient de la gageure ! Beaucoup d’animations et de nombreux partenariats ont ainsi été passés sous silence. Que personne ne s’offusque d’avoir été oublié dans cet article qui ne peut prétendre à l’exhaustivité  à propos d’une décennie aussi féconde en événements culturels.

Hommages modestes à Jules Verne, ce grand rêveur de lune passionné de théâtre et de cirque dont on a commémoré en 2005 le centenaire de la disparition, les titres des chapitres ont décliné comme une comptine les étapes d’une sorte de conte de fées moderne où l’enfance survit à toutes les contraintes matérielles.

En souhaitant bon vent à « La luciole », aux Montagn’Arts et au Théâtre de la Lune nous dédierons à tous les amis qui ont accompagné Vincent Billard dans la lune pendant dix années, ces mots de Gaston Bachelard, comme un soutien fraternel d’outre-songe :

« Les poètes nous convainquent que toutes nos rêveries d’enfant méritent d’être recommencées. »


Les actus à la une !

> samedi 1 juillet 2017
Festival les MontagnArts
aux Côtes de Corps
> samedi 6 mai 2017
Festival les MontagnArts
Préparation du festoch
> samedi 1 avril 2017
Les spectacles des Montagn'Arts
Evelyne Zou !

Newsletter

Facebook

La page facebook des Montagn'Arts